10 octobre 2008

Jean-Noël HAMAL (1709-1778)

Un compositeur à découvrir

Baptisé le 23 décembre 1709, Jean-Noël Hamal sera l’un des plus brillants compositeurs de la principauté de Liège. Il reçoit son premier enseignement musical de son père, Henri-Guillaume Hamal, maître de chapelle de la Cathédrale Saint-Lambert de Liège. Très tôt cependant, il sera admis comme “choral” à la Cathédrale où il pourra poursuivre son apprentissage musical. Bénéficiant d’une bourse de la Fondation Darchis, il part pour l’Italie où il séjourne au Collège liégeois de Rome de 1728 à 1731. Et c’est en cette année 1731 que Jean-Noël Hamal reçoit la tonsure.

Le 9 juillet 1738, il est nommé Intonateur et Maître de Musique de la Cathédrale de Liège. Dès cette année là, il organise des concerts d’hiver à l’Hôtel de Ville. En 1745, il est nommé chanoine impérial et reçoit la prébende impériale de Saint-Remacle. En 1749-50, il fait un second séjour en Italie.

Jean-Noël Hamal se soucie cependant fort peu des tâches qui lui incombent à la Cathédrale et le Chapitre lui adresse de nombreux rappels à l’ordre. Finalement, les postes d’intonateur et d’enseignant lui seront retirés et seront confiés à son neveu Henri Hamal. Jean-Noël décèdera le 26 novembre 1778.

Jean-Noël Hamal nous légua une œuvre riche et diverse dans laquelle la musique sacrée joue un rôle prédominant. On y trouve de nombreux motets, messes, psaumes, cantates, litanies, Lamento, oratorios et Te Deum. Dans le genre instrumental, Hamal a composé des symphonies et des ouvertures. Ce qui, à ce jour, a cependant le plus marqué les historiens, c’est son apport dans le domaine de l’opéra puisqu’il a à son actif quatre opéras burlesques en wallon.

La plupart de son œuvre est conservée sous forme manuscrite, tant autographe que non autographe, à la Bibliothèque du Conservatoire Royal de Liège qui a acquis l’immense corpus de musique liégeoise rassemblé par le musicographe Léonard Terry ( ?-1882). D’autres œuvres se trouvent au Conservatoire Royal de Bruxelles et au Conservatoire National de Musique de Paris.

_1__Omnes_1Les Répons pour le Vendredi-Saint

C’est le 9 avril 1756 que Jean-Noël Hamal offre son ensemble de 27 Répons pour la semaine sainte au Chapitre de Saint-Lambert. Nous pouvons donc en conclure que l’œuvre fut écrite pour la semaine sainte de cette même année et exécutée sous sa direction par les choraux de la Cathédrale.

Ce qui frappe à la lecture des manuscrits, réalisés par le copiste Martin, c’est l’extrême économie des moyens mis en œuvre: deux parties instrumentales non spécifiées notées en clé de sol2, quatre parties vocales notées en ut1, ut3, ut4 et fa4 ainsi qu’une basse chiffrée en fa4. L’écriture musicale est très lisible, sans beaucoup de ratures ce qui rend le document fiable. La notation du texte latin est également très soignée bien qu’il faille, de temps à autre, redresser des erreurs du copiste. La quasi-absence d’ornements donne un caractère austère à la partition, ce qui correspond aux exigences émises par le Concile de Trente au sujet des Lamentations et des offices des ténèbres.

_1__Omnes_4Trop peu connue, la musique de Jean-Noël Hamal n’est pas restée injouée durant ces dernières années. Les musiciens belges se sont penchés à plusieurs reprises sur ce patrimoine qui gagne à être diffusé plus amplement et quelques rares œuvres ont déjà été enregistrées.

Parmi les pionniers il faut compter la Chorale Universitaire de Liège qui a enregistré l’oratorio JUDITH TRIUMPHANS en compagnie de l’ensemble Instrumental des Solistes de Liège sous la direction de Frédéric Anspach.

Un autre oratorio IN EXITU ISRAËL se trouve également enregistré.

Hubert Schoonbroodt, quant à lui, a enregistré les SONATA DA CAMERA à la tête du Camerata Leodiensis.

Enfin, il faut encore signaler spécialement les transcriptions manuelles, réalisées à partir de 1979 par Ghislain Zeevaert qui, par son travail inlassable de “moine copiste”, nous avait fait connaître cette belle musique. La gravure, que nous avons réalisée à partir des copies conservées au Conservatoire de Liège, se veut être à la fois un hommage et un dépassement de tous ces travaux de pionnier, sans les quels, notre connaissance de ce patrimoine ne serait pas si forte.

Pierre Schwickerath
Musicologue

Posté par Collegium à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Jean-Noël HAMAL (1709-1778)

Nouveau commentaire